LE CHÊNE PUISSANT

UN ARBRE DIGNE, GÉNÉREUX ET CRÉATEUR DE VIE

La force et la beauté. Deux qualités qui ont fait du chêne l’arbre, le bois et le matériau préféré de Kährs depuis ses débuts il y a 160 ans.

LE CHÊNE PUISSANT

 

Le chêne donne des parquets élégants et résistants qui ne manquent pas de caractère. Il offre également une infinité de variations grâce aux traitements de surface et aux teintures, qui ne masquent toutefois pas l’apparence propre à chaque parquet en chêne, c’est-à-dire les noeuds et les motifs naturels. Difficile de ne rien ressentir face à cet arbre majestueux. Peut-on encore s’étonner que tant de nos parquets soient en chêne ?

Småland est la province de la Suède la plus riche en chênes : ils y abondent et s’y épanouissent. C’est également la région qui abrite notre usine, à Nybro, où ces chênes sont transformés en magnifiques parquets.

Chez Kährs, nous travaillons en étroite collaboration avec quelque 3 000 propriétaires forestiers et nombre d’entre eux se trouvent à notre porte.

Cette proximité nous permet de leur rendre visite et d’observer leurs chênes pour garantir qu’ils sont produits dans le respect du développement durable. Chaque propriétaire forestier fournit du bois de chêne tous les dix ans en moyenne. Bien que Kährs soit l’un des plus gros consommateurs de ce bois en Europe, nous sommes ravis de constater que le nombre de chênes qui poussent en Suède augmente chaque année.

LE MEILLEUR ENVIRONNEMENT DU CHÊNE : UN PAYSAGE DÉGAGÉ

 

La culture de chênes élégants et robustes est tout un art Les arbres s’épanouissent mieux dans un environnement dégagé, avec un sol mou et de qualité. Le choix des arbres à couper commence dans la forêt. En offrant plus d’air et d’espace aux autres arbres, qui peuvent alors continuer à se développer, la coupe permet de donner un nouveau souffle à la forêt alentour.

Il faut attendre 150 ans avant d’abattre un arbre, ce qui signifie que lorsqu’il est prêt à être coupé, il a bien souvent été entretenu par plusieurs générations de forestiers. Il faut donc penser sur le long terme : du soin que nous apportons aux arbres en pleine croissance et de la relation que Kährs entretient avec les forestiers, à la production d’un parquet élégant qui fera le bonheur de ses propriétaires pendant de longues années.

LE CHÊNE, UN ARBRE PLUS VERSATILE QUE LES AUTRES

 

Au fil des siècles, les chênes ont été largement utilisés, mais pas seulement pour la fabrication de parquet. C’est encore le cas aujourd’hui, car le chêne est capable de faire des choses que nul autre arbre ne peut faire.

De tout temps, il a été le matériau de construction des bateaux, des meubles, des planchers et même des fûts de chêne dans lesquels ont vieilli vins, whiskys et cognacs. Sans oublier les glands de chêne, qui donnent au jambon son goût si particulier.

Le chêne a contribué à l’édification du porc et à la contemplation chez l’homme. Il donne du corps au vin, fait preuve d’endurance et révèle la beauté. Le chêne est également un matériau de construction de choix pour les ponts, les portes, les pilotis, les meubles et bien sûr les bateaux et les parquets. Au XVIIe siècle, du temps où la Suède était une grande puissance, le chêne était un arbre si précieux qu’il était protégé. Pour le pays, il était indispensable d’avoir une marine puissante et le chêne ne pouvait être utilisé qu’avec la permission du roi.

Le travail du chêne procure un plaisir double, car c’est un matériau à la fois robuste, dur, lourd et résistant.

Les constructions à base de chêne demandent plus de temps que celles à base de bois plus denses, mais le résultat est à la hauteur : la pièce obtenue est plus complète et durable. L’autre plaisir ? C’est l’arbre qui choisit son futur usage. Il vous faudra un morceau courbé ou arrondi pour fabriquer un composant courbé ou arrondi. Le chêne est le seul bois adapté aux grands bateaux. Les navires sont soumis en permanence à des forces différentes, comme les vents violents qui menacent de tordre et de courber le bois.

LES FÛTS DE CHÊNE POUR DONNER DU CARACTÈRE AUX SPIRITUEUX

Aucune méthode ne peut égaler l’utilisation de fûts de chêne pour faire vieillir le vin et les alcools distillés comme le cognac et le whisky, leur donner parfum, maturité, corps, et développer une couleur sublime et un arôme puissant. Sans le stockage en fûts de chêne, l’alcool reste brut et dur. Aucun chimiste n’a pour l’instant été capable d’expliquer ce phénomène avec précision. Mais ce que nous savons, c’est que le chêne a deux actions : il libère des substances qui ajoutent des parfums, des arômes et des couleurs, et, grâce à sa porosité, il laisse l’oxygène passer à travers ses parois et oxyder le contenu du fût.

LE CHÊNE DONNE LA VIE, MÊME DANS LA MORT

Quel âge un chêne peut-il atteindre ? Tout commence lorsque le gland commence à germer. En un an, un semis grandit de 30 centimètres. En cinq ans, il mesure deux mètres de haut. Un chêne commence à produire ses propres glands après 50 ans. Après 100 ans, deux personnes peuvent à peine enserrer le tronc, qui mesure alors entre 18 et 20 mètres de haut. À ce stade, le chêne a pratiquement atteint sa hauteur définitive, mais pas sa largeur. Un chêne gagne deux centimètres par an. La qualité du bois est optimale lorsqu’il a 200 ans. Si vous abattez un chêne de 200 ans juste au-dessus du niveau du sol, ses racines ne mourront pas et de nouvelles pousses apparaîtront sur la souche. Après 300 ans, la croissance s’arrête et après 600 ou 700 ans, l’arbre meurt, mais peut subsister pendant quelques siècles. Majestueux et obstiné, même dans la mort.

Pendant à peu près un siècle, le chêne est l’habitat d’un monde miniature fascinant : écureuils, geais, lichen, pics, insectes et larves y trouvent refuge. Il nourrit la vie et la protège, offre abri et bien-être. La vie s’épanouit dans les premiers bourgeons hésitants et les craquelures centenaires du tronc.

Les chênes exhalent également quantité de senteurs agréables. Qu’y a-t-il de plus agréable que de s’allonger sous un chêne pour respirer les détritus symbole de vie, les matières nutritives et semblables au composte qui se sont formées à partir du bois pourri et d’autres substances organiques décomposées ? Ces résidus sont bénéfiques au chêne comme au reste de la végétation. C’est l’odeur de la vie et de l’été.

dolor. venenatis accumsan at libero. efficitur. Donec libero Aliquam